Fausto Romitelli
Italie (1963 - 2004)


« Au centre de mon activité de compositeur se trouve l'idée de considérer le son comme matière où s'immerger pour en forger les caractéristiques physiques et perceptives : grain, épaisseur, porosité, brillance, densité, élasticité ».

S'il s'intéresse aux expériences majeures de la musique européenne (notamment celles de György Ligeti et de Giacinto Scelsi), Fausto Romitelli trouve sa principale source d'inspiration dans la musique spectrale française, en particulier chez Hugues Dufourt et Gérard Grisey. Il étudie la composition en Italie avec Franco Donatoni, puis poursuit ses recherches sur le son à l'Ircam (1991-95). Ces expériences sur la synthèse sonore et l'analyse spectrale irriguent les pièces composées à partir de cette période : Sabbia del Tempo (1991) pour six interprètes, Natura morta con fiamme (1991) pour quatuor et électronique. Compositeur non formaliste, il puise sans retenue dans les sonorités « sales », violentes du rock et de la techno qu'il intègre aux ressources traditionnelles de l'écriture. Distorsion et saturation, sons amplifiés et traités électroniquement, interférences, atmosphère dramatique et hallucinatoire font partie de son univers musical : Acid Dreams & Spanish Queens (1994), pour ensemble amplifié, EnTrance (1995) ou le cycle Professor Bad Trip (1998-2000).

Ses œuvres ont été interprétées par des formations telles qu'Ictus, L'Itinéraire, Court-Circuit, Ensemble intercontemporain, ensemble recherche, Orchestra Sinfonica Nazionale della Rai et Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin. Sa dernière œuvre An Index of Metals (2003), basée sur la volonté de créer une expérience perceptive totale, constitue la synthèse et le sommet de son langage musical.