Dai Fujikura
Japon (1977)


Dai Fujikura quitte Osaka à l'âge de quinze ans pour étudier à Londres la composition auprès de Daryl Runswick, Edwin Roxburgh et George Benjamin. Il reçoit notamment le soutien de Peter Eötvös – qui dirige la création mondiale de Vast Ocean en 2005 au festival de Donaueschingen – et de Pierre Boulez, qui dirige la même année la création de Stream State au Festival de Lucerne. Depuis, de nombreuses formations renommées ont créé ses œuvres, en particulier l'Ensemble Modern, le Klangforum Wien, l'Orchestre Philharmonique de Radio France ou l'Ensemble intercontemporain.
Réfractaire à toute forme d'exotisme, Dai Fujikura aime les attaques âpres et déteste les vibratos. Sa conception de la musique s'inspire volontiers du cinéma. D'une part en raison de son expérience corporelle de la matière sonore – « le son imprime des ondes hertziennes aussi concrètement que l'image le support matériel d'un film ». Et d'autre part, parce qu'il souhaite immerger le public dans la matière même du son, comme c'est le cas dans une salle obscure. D'où l'importance de la spatialisation dans ses œuvres, mais aussi parfois de l'éclairage du concert qui devient alors une véritable entité dramatique. Son écriture se nourrit d'une riche expérience de l'électronique acquise au cours de sa collaboration avec l'Ircam et l'Experimentalstudio de Freiburg.
Son œuvre Rare Gravity est créée en 2014 par l'Orchestre de la Suisse Romande (direction, Kazuki Yamada). L'Ensemble intercontemporain présentera son nouvel opéra Solaris en 2015 au Théâtre des Champs-Elysées.