Marko Nikodijevic
Serbie (1980)


Profondément influencé par la musique techno, Marko Nikodijević nourrit sa production musicale par le recours à la technologie numérique : algorithmes et théorie fractale, théorie du chaos, musique spectrale, synthèse sonore instrumentale et numérique, traitement de signal numérique.

Il étudie la composition avec Srdjan Hofman et Zoran Erić à Belgrade (2003-2005), puis se perfectionne auprès de Marco Stroppa à Stuttgart. Marko Nikodijević remporte de nombreux prix : Forum du Nouvel Ensemble Moderne en 2006, 3ème Brandenburger Biennale en 2008, et récemment le Prix de la Gaudeamus Music Week de 2010, pour sa pièce cvetic, kucica.../la lugubre gondola.

Sa musique est jouée dans de nombreux festivals prestigieux (musikprotokoll im steierischen herbst, Huddersfield Contemporary Music Festival, Heidelberger Frühling, Warsaw Autumn…) et par des ensembles tels que l’ensemble recherche, l’Ensemble Modern, l’Ives Ensemble, le Nieuw Ensemble, le Nouvel Ensemble Moderne, le kammarensemblen Stockholm et le Radio-Sinfonieorchester Stuttgart des SWR.