Charles Ives
États-Unis (1874 - 1954)


Après avoir étudié l'orgue et la composition à l'Université de Yale (1894-98), Charles Ives choisit de mener sa vie professionnelle hors de la musique – sans pour autant renoncer à la composition – et s'engage dans une brillante carrière d'agent d'assurances. La plupart de ses œuvres ne sont interprétées publiquement qu'après un arrêt de ses activités musicales et professionnelles, dans les années trente. Le chef d'orchestre Nicolas Slonimsky, le critique musical Henry Bellamann, le pianiste John Kirkpatrick ou encore les compositeurs Lou Harrison et Aaron Copland ont joué un rôle déterminant pour faire connaître la musique de Charles Ives à un plus large public.
Profondément influencé par son père, chef de musique dans l'armée américaine, Charles Ives combine de manière innovante et surprenante les mélodies populaires américaines qui l'ont marquées dans sa jeunesse aux techniques les plus expérimentales de l'avant-garde européenne – polytonalité, polyrythmie, clusters, éléments aléatoires et quarts de tons.
Son œuvre rassemble de nombreux genres : des œuvres chorales comme la cantate Celestial Country (1899) ou The Masses (1915), de très nombreuses chansons (114 Songs, publiées en 1922), des œuvres pour piano dont la plus célèbre est sans doute sa deuxième sonate Concord, Mass. (1909-15), des œuvres de musique de chambre, des pièces orchestrales (The Unanswered Question, Central Park in The Dark, ses quatre symphonies, First, Ragtime Dances). L'œuvre originale de Charles Ives, véritable icône de la musique américaine du début du XXe siècle, aura une influence décisive sur de nombreux compositeurs parmi lesquels Elliott Carter, John Cage et John Adams.