Marie NDiaye
France (1967)


Marie NDiaye commence à écrire dès son adolescence et à 17 ans, elle est repérée par Jérôme Lindon, fondateur des Éditions de Minuit, qui publie son premier ouvrage Quant au riche avenir. En 1985, La Quinzaine littéraire souligne qu' « elle est déjà un grand écrivain. Elle a trouvé une forme qui n'appartient qu'à elle pour dire des choses qui appartiennent à tous ». À la suite de cette parution, elle devient pensionnaire de la Villa Médicis à Rome.

Marie NDiaye écrit aussi bien des romans (Rosie Carpe, Prix Femina 2001) que des œuvres pour le théâtre (Papa doit manger, figurant au répertoire de la Comédie-Française) et pour le cinéma (elle coécrit le scénario de White Material de Claire Denis). En 2011, Les grandes personnes est créé au Théâtre de la Colline et elle présente au Théâtre national de Bordeaux Die Dichte, texte littéraire avec un support son et vidéo, articulé autour de Berlin et mis en scène par Denis Cointe.

Marie NDiaye livre une œuvre ancrée dans une réalité mêlée d’éléments merveilleux. « J'ai toujours voulu écrire une littérature qui se situe à la fois dans la trivialité de la vie et dans un au-delà, une dimension qui transcende cette trivialité de chaque jour. »

Ses textes sont pétris d’étrangeté, d’éléments envoûtants et fantastiques qui cependant tendent à s’estomper au fil de sa production. Avec Trois Femmes puissantes, prix Goncourt 2009, la romancière s'éloigne de cet univers empreint de magie. Son écriture, savante et précise, se simplifie au fil du temps sans toutefois perdre en exigence. Autre thème récurrent, la violence des relations humaines et plus particulièrement familiales, le poids des origines. Elle publie en 2013 Ladivine, qui conte le destin tourmenté de trois générations de femmes, dont la grand-mère était noire.

Participations comme auteur