Philip Glass
États-Unis (1937)


Philip Glass étudie à l'Université de Chicago puis intègre la Juilliard School, où il rencontre Steve Reich. Il étudie brièvement avec Darius Milhaud aux États-Unis avant de se rendre en 1963 à Paris pour suivre les cours de Nadia Boulanger. À cette époque, il découvre également la musique indienne auprès de Ravi Shankar et Alla Rakha ainsi que par un voyage en Inde où il s'imprègne de philosophies hindouiste et bouddhiste. De retour à New York en 1967, il forme notamment le Philip Glass Ensemble. Ses premières œuvres se caractérisent par un style minimaliste assez strict, qui culmine avec Music in 12 Parts et atteint son apogée en 1976 avec l'opéra Einstein on the Beach, mis en scène par Robert Wilson et créé au Festival d'Avignon. Au cours des années 1980, il compose des œuvres sur des livrets exotiques ou mystiques comme Satyagraha (1980) et Akhnaten (1983), ainsi que des pièces orchestrales (Concerto pour violon, 1987).

L'esthétique de Phil Glass est reconnaissable par son économie de moyens et ses structures répétitives. Les réitérations d'une cellule initiale simple créant une sorte d'aura sonore, l'enchaînement d'accords parfaits sur une basse obstinée de type chaconne, les batteries de deux notes répétées ou encore les arpèges de trois notes constituent les constantes de son langage. Estompant les frontières entre musique savante et musique populaire, il est dès les années 1960 proche d'artistes des univers pop et rock comme Paul Simon, Susan Vega ou David Bowie. Il a composé la musique de plusieurs films tels que Kundun de Martin Scorsese (1997), The Truman Show (1998), The Hours (2001) ou plus récemment Le Rêve de Cassandre (2007) de Woody Allen.

Son importante production compte une vingtaine d'opéras (en particulier The Voyage, 1992, le triptyque en hommage à Cocteau Orphée, 1993, La Belle et la Bête, 1994 et Les Enfants Terribles, 1996), huit symphonies, des œuvres concertantes et une quantité de pièces solistes et d'ensemble.