Yannis Ritsos


poète
Grèce (1909-90)

Yannis Ritsos vit une enfance tragique marquée par la ruine de sa famille (des propriétaires terriens), la mort de sa mère et de son frère aîné, les troubles mentaux de son père et son propre séjour de quatre ans en sanatorium pour soigner une tuberculose. Proche du parti communiste, il fait paraître son premier livre, Tracteur, inspiré du futurisme de Maïakovski, en 1934. Son poème Épitaphe (1936), émouvant message de fraternité, exploite la forme de la poésie populaire traditionnelle. La musique de Theodorakis en fera, en 1960, le détonateur de la révolution culturelle en Grèce. Engagé dans la lutte contre la droite fasciste pendant la Guerre civile, Ritsos passe quatre ans en prison. Il sera encore déporté et assigné à résidence par la junte militaire au pouvoir entre 1967 et 1971.
La poésie de Ritsos exprime le déchirement entre la foi en l’idéal communiste et le désespoir personnel. Elle explore certaines conquêtes du surréalisme : accès au domaine du rêve, associations surprenantes, explosion de l’image, lyrisme où transparaît l'angoisse, évocations de souvenirs doux et amers. À partir du recueil Vieille Mazurka au rythme de la pluie, paru en 1942, au gré des déchirures politiques de son pays, le thème de la « grécité » est de plus présent dans son œuvre. La Quatrième Dimension regroupe tous les textes qui ont la forme du monologue théâtral et sont inspirés par le mythe antique.

Mise à jour : juin 2009