Correspondances

programme

Henry Fourès
Correspondances (2013) / 50’

installation radiophonique
Petit traffic acoustique pour huit haut-parleurs et deux comédiens

création mondiale

De leurs échanges multiples, le compositeur Henry Fourès et la dramaturge allemande Elisabeth Gutjahr tirent leur récit acoustique. Un jeu de l’écoute où la langue de l’un confronte celle de l’autre et joue en catalyseur. Hörspiel für Sie bitte !

« Les limites de mon langage sont les limites de mon propre monde » écrit Wittgenstein. Comment les dépasser par l’échange, le jeu, l’imagination que suscite chez deux artistes la volonté de correspondre ? Comment – au temps des emails et du texto compulsif – ne pas réduire la correspondance à sa forme épistolaire, ce mode de communication apparemment passé et désuet ?

Henry Fourès et Elisabeth Gutjahr la revitalisent. En englobant dans un flux multiple toutes sortes d’informations qu’ils se donnent, imaginant en témoin futur l’auditeur de cette composition : « Les rôles sont multiples. Qui parle, écoute, lit, écrit ? L’auditeur entend-il l’auteur ou le lecteur ? » En intégrant les échappées sonores (rumeur, musique) et en jouant sur les niveaux de langage, leurs contrepoints, les approximations qui nécessairement surgissent et excitent l’imaginaire parce que soudainement le lapsus se change en promesse.

Pour mettre en forme ce jeu de l’écoute (Hörspiel), les moyens radiophoniques s’imposent encore et toujours : chaque décor sonore – quelques fois de minuscules
« sculptures acoustiques » – évoque des images multiples et leur association à un monde qui se transforme du réel en magie imaginaire.


Commande La Muse en Circuit, Centre national de création musicale Production La Muse en Circuit, Centre national de création musicale avec le soutien du Fonds franco-allemand pour la musique contemporaine – Impuls neue Musik

Avec le soutien de la Sacem