L'homme armé

programme

Les Cris de Paris


Francesco Filidei
Missa super l'homme armé (2010 / révisée en 2014) / 35’
création mondiale nouvelle version

En regard de la messe de Josquin Desprez, L’Homme armé sexti toni, le compositeur italien Francesco Filidei invente cinq siècles plus tard sa propre Missa super l’homme armé dont l’instrumentarium est presqu’entièrement constitué d’armes à feu et autres accessoires d’attaque ou de défense…

K Kimar CZ 75 Mod 75 auto, Bruni 315 automatique, Colt Python 357 magnum, Carabine à bascule à air comprimé Gamo, Glock 17 GM030 KSC, Walther P99, Manu Arme Cal 4,5 177, Beretta 75 auto KWC mod 9,2 FS cal 9, Kalashnikov modèle AK 47, Smith and Wesson 45 Semi-auto Chief’s Special, Glock 18 G18 C Walther, Flli Pietta calibre 36 modèle 1851 Navy, Alarme portable Prévenson, Taser TW11, reproductions d’armes pour enfants, bombes lacrymogènes, sifflets de police, balles à blanc…

L’inventaire est digne d’une saisie des douanes dans un repère du banditisme international, sauf qu’il s’agit ici de l’instrumentarium réuni par Francesco Filidei, aux sonorités et intensités dûment recensées. Déflagration, sirènes, bruits de balles, recul du chien, chargement, extraction du chargeur… tout y est méthodiquement décrit selon une échelle de valeurs établie du pianissimo au fortissimo.

Composée à l’origine pour un spectacle chorégraphique, la Missa super l’homme armé de Filidei passe pour la première fois au concert. Performance visuelle autant que musicale, le compositeur en décrit ainsi les enjeux : « Cette fois-ci le texte de la chanson a été, peut-être pour la première fois, interprété littéralement et la musique est écrite pour instruments inspirés de la guerre : des armes à feu, des armes électriques, des gaz, mais aussi des plaques en métal, des alarmes, des sifflets de police, des cornes de supporter. On y trouve aussi des métronomes et diapasons : la préparation d’une bataille comme la préparation d’un morceau de musique. Cinq mouvements : une Entrée avec des armes jouets, un Offertoire avec la préparation des instruments de musique et de mort qui se termine par le thème de l’Homme Armé, une folle Consécration, une Communion faite de vent sur le thème déformé, une Sortie de la messe avec des faux gilets pare-balles. »


En partenariat avec l'Université de Strasbourg
Avec le soutien de la Sacem