Forêt

Imaginé lors d’un voyage au Brésil, entre la lecture des Tristes tropiques de Claude Lévi-Strauss et l’élection de Jair Bolsonaro, Forêt est un conte abstrait sur les civilisations amérindiennes et leur environnement saccagé. Franck Vigroux y fait vaciller les formes sonores et visuelles entre leurs états organiques et numériques, illustrant ainsi la fusion des régimes symboliques humains et non-humains. Sur une partition audiovisuelle d’une grande intensité, la performance chorégraphique d’Azusa Takeuchi affirme poétiquement les vertiges de l’amalgame nature-culture : s’extirper de l’écosystème sans jamais y parvenir — être envahie et se laisser envahir.

direction, conception, musique Franck Vigroux 
performance dansée Azusa Takeuchi 
création costumes, objets Margo Duse
création vidéo Kurt d'Haeseleer 
vidéo générative Antoine Schmitt 
lumière Perrine Cado 
conseil dramaturgique Michel Simonot, Philippe Malone 

An idea born while travelling in Brazil, between reading Claude Lévi-Strauss’s Tristes tropiques and the election of Jair Bolsonaro, Forêt is an abstract tale about Amerindian civilisations and their pillaged environment. In this piece, Franck Vigroux vacillates between acoustic and visual forms in their organic and technical states, illustrating the merger of human and non-human symbolisms.


production déléguée Cie D'autres Cordes
co-production La Muse en Circuit CMCN, Théâtre de Nîmes, Le 104, MAC de Créteil, Théâtre de Mende Accueil en résidence Le Cube Hérisson, Théâtre de Mende, Mac de Créteil, Césaré, Comédie de Reims

© Quentin Chevrier