Bestiarium musicale

Noriko Baba transfigure la banalité du détail. La moindre inflexion, le moindre souffle sont finement élaborés, et parfois marqués par une certaine de nostalgie lorsqu’on trouve dissimulés entre les notes des évocations musicales du passé, mais aussi par la familiarité des sons de notre environnement. Ses pièces font souvent référence à sa culture japonaise d’origine, autant à l’intimité d’un clair-obscur éclairé à la lanterne de papier (Bonbori) qu’au tumulte du tsunami de 2012 (Shiosai). Bestiarium musicale, œuvre donnée en création, est quant à elle l’ode aux sonorités animales d’une artiste qui ne veut pas distinguer les espèces sonores — la musique et les bruits. Le concert est complété par Talea de Gérard Grisey et Pêle-mêle de son élève Thierry Blondeau.

Noriko Baba
Shiosai, tumulte des flots (2012) pour piano, violon et violoncelle
Bonbori (2008) pour flûte, clarinette, guitare, alto et violoncelle
Thierry Blondeau Pêle-mêle (1998)
Noriko Baba Bestiarium musicale (2022) pour clarinette, clavier, guitare, violon, alto, violoncelle - création mondiale
Gérard Grisey Talea (1987) pour flûte, clarinette, piano, violon et violoncelle

Ensemble Cairn
direction artistique | Jérôme Combier
direction musicale | Guillaume Bourgogne