Noir sur blanc

Créé en 1996, Noir sur blanc (Schwarz auf Weiss) est un incontournable du théâtre musical. Avec pour fil rouge la parabole Ombre d’Edgar Allan Poe, Heiner Goebbels montre comment l’acte solitaire de création artistique est toujours aussi un acte d’invention collective.

L’action se situe hors du temps, dans la profondeur d’un passé antédiluvien — qui pourtant semble résonner avec notre inquiétant aujourd’hui. Un groupe de personnes, des hommes et des femmes, sans doute des survivants, se trouvent confinés dans un grand espace, peut-être un temple avec ses longues rangées de bancs. Derrière la porte d’airain, ils se croient protégés des catastrophes du monde extérieur. Ils jouent, ils boivent, ils chantent… jusqu’au moment où, soudain, une ombre apparaît sur le mur. De leur désœuvrement naît alors une action collective, tout d’abord désorganisée, mais qui semble peu à peu tendre vers un but commun. Lequel ?

L’Ensemble Modern est le protagoniste collectif de cette extraordinaire parabole donnée dans le monde entier avec un succès constant depuis vingt-cinq ans. Les 18 musiciens et musiciennes investissent la scène avec leurs instruments et la font vivre comme jamais auparavant. Pour Heiner Goebbels, il s’agissait d’explorer en profondeur le potentiel théâtral de la musique, mais aussi de façonner une allégorie de l’écriture et des voix multiples qui l’accompagnent. Sous la forme d’un manifeste pour l’invention partagée, le compositeur-metteur en scène déploie le cœur de sa vision : toute œuvre d’art est un héritage collectif et doit être reconnue comme tel.

Noir sur blanc n’a été donné en France qu’à deux occasions, au Festival d’automne à Paris en 1997 et à la Filature de Mulhouse en 1999. C’est donc une occasion unique de découvrir ce chef-d’œuvre du théâtre musical dans sa mise en scène originale.


textes Edgar Allan Poe, John Webster/T.S. Eliot, Maurice Blanchot
conception, musique et mise en scène Heiner Goebbels

Ensemble Modern
violoncelle | Böcker Eva
trombone | Dierksen Uwe
clarinette | Bossier Jaan
trompette | Forman, William
violoncelle | Kasper Michael M
bason | Kehrig Barbara
piano | Kretzschmar Hermann, Milliken Catherine
violon | Mistry Jagdish
percussion | Ogawa Rumi
cor | direction musicale, Ollu Franck
violon | Ritts-Kirby Freya
percussion | Römer Rainer
saxophone | Stich Matthias
alto | Kasakawa Megumi
contrebasse | Cannon Paul
flûte | Wiesner Dietmar
piano | Wiget Ueli


présenté avec le Maillon, Théâtre de Strasbourg - Scène européenne

production (1996) Das TAT (Francfort), Hebbel Theater (Berlin), Kaaitheater (Bruxelles)
en collaboration avec l’Ensemble Modern